Faire de la bière artisanale à domicile

La bière artisanale

Beaucoup pensent que la production de bières de qualité n’est possible que grâce à des techniques modernes. Cependant, c’est une erreur. Un kit biere maison, beaucoup de temps et de connaissances sont des exigences suffisantes pour la production de votre première bière à domicile.

Meulage et préparation de l’eau

Le broyage a pour but de casser le grain afin de faciliter l’action des enzymes sur l’amidon qu’il contient. Si la mouture est trop fine, elle peut se boucher pendant le lavage et la filtration. Cependant, si elle est trop épaisse, elle gênera l’activité enzymatique, générant une faible efficacité. Ne broyez pas trop les cosses des grains pour éviter l’astringence dans la bière finale. Par conséquent, n’utilisez jamais un mixeur ou un moulin à café.

En ce qui concerne l’eau utilisée, elle doit être aussi neutre que possible, sans odeur ni chlore. De l’eau minérale ou filtrée (avec filtre à charbon actif) peut être utilisée. L’eau mélangée au malt doit avoir un pH proche de 5,2 pour une meilleure activité enzymatique et une meilleure conversion de l’amidon en sucres fermentescibles. Mais en tant que brasseur novice, ne vous souciez pas trop de ces détails. S’assurer qu’elle soit claire, inodore et insipide est un bon début. Le choix de la quantité d’eau pour le brasage (étape suivante). Au début, il est recommandé d’utiliser 3 litres d’eau par kilo de malt.

Une fois cela terminé, équipez-vous de votre kit brassage bière et vous êtes prêts pour l’étape suivante.

Brassage de la bière

Cette étape vise à convertir l’amidon du malt en sucres plus petits. Ce processus n’est rien de plus que la cuisson du malt dans l’eau et se déroule dans différentes plages de températures :

Reste de protéines (50-55 °C)

Cette étape est nécessaire lorsque vous travaillez avec des céréales riches en protéines, telles que les malts de blé ou d’avoine, entre autres. Le but ici est de décomposer les protéines plus grosses en protéines plus petites et les peptides en acides aminés. Si ces types de graines ne sont pas inclus dans votre recette, vous pouvez passer à l’étape suivante.

Saccharification (55-72 °C)

Dans cette plage de températures, l’objectif est de décomposer les plus gros sucres en plus petits. La configuration finale des sucres résultant des cassures permettra de déduire la capacité de fermenter le moût, le corps de la bière et la teneur en alcool.   

Inactivation enzymatique (75-79 °C)

Il s’agit de la phase finale du moût, qui vise principalement à arrêter l’activité enzymatique. Ici, il faut faire très attention pour que la température de la bière ne dépasse pas 80 degrés pour éviter une astringence dans la saveur finale de la bière.

Le moût doit toujours être remué pour que les grains au fond de la casserole ne brûlent pas. Avec le bon kit brassage bière, vous pouvez facilement éviter ce désagrément. En moyenne, la durée du brassage de la bière maison peut varier entre 60 et 90 minutes.

Lavage, filtration, clarification et ébullition du moût

Le but du lavage est de séparer le grain du moût. Le grain a ici la fonction importante de jouer le rôle d’élément filtrant, empêchant les sédiments d’être portés à ébullition, générant un moût plus clarifié. C’est à ce stade que le fond de votre kit fabrication bière sera utilisé.

Après avoir terminé le brassage et adapté le matériel, il faut attendre 15 minutes pour que les grains se déposent sur le fond et filtrent mieux.

Passé ce délai, le moût commencera à être enlevé par le robinet, retourné dans le pot jusqu’à ce qu’il commence à sortir sans particules solides. Après cela, il commencera à être retiré de la casserole et ajouté à l’eau de lavage. Cette eau éliminera plus de sucres des graines, donnant un meilleur rendement.

Quant à l’ébullition du moût, elle a des fonctions importantes dans la production, y compris : la stérilisation et la concentration du moût, ainsi qu’à l’évaporation des substances indésirables. Dès que le moût bout, il est important que le pot ne soit pas plafonné pour éliminer les substances qui peuvent causer de mauvaises saveurs et arômes à la bière, également appelées contre-saveurs.

C’est pendant ébullition que la bière sera assaisonnée, c’est-à-dire que le houblon sera ajouté. L’utilisation du houblon d’amertume se fait toujours au début de l’ébullition. Le houblon doit bouillir pendant au moins 60 minutes pour libérer son amertume. Pour l’arôme, le houblon doit être ajouté à la fin de l’ébullition, généralement après les 15 dernières minutes.

Il est à noter que plus l’ébullition est prolongée, plus une saveur plus caramel sera générée, ce qui peut ne pas être intéressant pour certains styles.

Décantation, refroidissement et fermentation

Une fois l’ébullition terminée, le moût doit être refroidi dès que possible à la température d’inoculation de la levure, selon le type de levure utilisé. À ce stade, il est également important que les particules solides se déposent. Pour cela, des mouvements circulaires sont effectués avec la cuillère, générant une roue de moulin. Une fois cela fait, le refroidissement commence. En utilisant le refroidisseur, l’eau changera de température avec le moût. Attention à la contamination, qui est de plus en plus susceptible de se produire avec une baisse de température.

Après avoir atteint la température indiquée pour la levure, le moût doit être transféré dans le seau de fermentation. À ce stade, il est important d’oxygéner le moût, car de l’oxygène sera nécessaire pendant la fermentation. Ce temps de fermentation est normalement de 6 jours.

Après la phase de maturation de 10 à 15 jours, qui peut se faire en tonneau, en bouteille ou avec le kit biere maison adéquat, la bière sera prête à être consommée.

 

Quel cadeau original pour une femme ?
Consommer zéro déchet pour participer à l’éco-responsabilité